Site perso d'un administrateur d'infrastructures sécurisées

Catégorie : Référentiel AIS

Fiche pratique : la mise en place d’un plan d’adressage réseau

Préparer un plan réseau en amont est une étape cruciale pour toute organisation souhaitant optimiser ses opérations et garantir une infrastructure IT fiable et sécurisée.

Cette démarche offre une multitude d’avantages, essentiels pour naviguer dans l’environnement technologique complexe et en constante évolution d’aujourd’hui. Voici pourquoi élaborer un plan réseau en amont est non seulement avantageux mais indispensable :

  1. Vision claire et cohérente : Un plan réseau permet d’avoir une vue d’ensemble de l’infrastructure actuelle et future, facilitant l’intégration harmonieuse des technologies et des services. Il aide à anticiper les besoins en matière de connectivité, de performance et de sécurité, évitant ainsi les improvisations de dernière minute.
  2. Optimisation des ressources : En identifiant précisément les besoins en équipements, logiciels et adresses IP, le plan réseau permet de faire des choix stratégiques sur l’acquisition de ressources, évitant le surdimensionnement ou le sous-dimensionnement des capacités réseau, qui peuvent entraîner des coûts supplémentaires ou des performances insuffisantes.
  3. Sécurité renforcée : Une planification détaillée inclut l’évaluation des risques et la mise en place de mesures de sécurité adaptées à chaque segment du réseau. Cela permet de construire une architecture résiliente face aux menaces externes et internes, protégeant ainsi les données critiques de l’entreprise.
  4. Scalabilité et flexibilité : Un plan bien conçu tient compte de la croissance future de l’organisation et de ses besoins évolutifs. Il offre une structure flexible qui peut s’adapter et s’agrandir sans perturbations majeures, assurant ainsi une continuité d’activité et une capacité à intégrer de nouvelles technologies.
  5. Efficacité opérationnelle : En prévoyant les interactions entre les différents composants du réseau, le plan permet d’optimiser le flux de données et d’améliorer la performance générale du système. Cela se traduit par une meilleure expérience utilisateur, une réduction des temps d’arrêt et une augmentation de la productivité.
  6. Support et maintenance facilités : Un plan réseau clair et documenté simplifie la tâche des équipes IT pour le dépannage, les mises à jour et la maintenance préventive. Cela réduit le temps de résolution des problèmes et augmente la fiabilité du réseau.

En somme, la préparation d’un plan réseau en amont est un investissement stratégique qui met en lumière la direction à suivre pour une infrastructure IT solide, sécurisée et évolutive. Elle prépare le terrain pour une gestion efficace des ressources technologiques, essentielle au succès et à la compétitivité de toute entreprise moderne.

La to-do list pour ne rien oublier au démarrage

Pour élaborer un plan d’adressage réseau efficace, suivez les étapes ci-dessous pour cerner précisément vos besoins :

Étape 1 : Analysez les besoins fondamentaux de votre réseau :

  • Identifiez le total des nœuds au sein de votre réseau. Ceci inclut tous les dispositifs connectés.
  • Déterminez si ces nœuds requièrent des adresses IP publiques ou privées, selon leur nécessité d’accès externe.
  • Évaluez la connectivité de vos nœuds : utilisez-vous des dispositifs de couche 2 (liaison), de couche 3 (réseau), ou un mélange des deux ? Si oui, précisez le nombre de nœuds par type de dispositif.
  • Prenez en compte les adresses IP supplémentaires éventuellement nécessaires pour la gestion. Ces adresses, souvent publiques, peuvent être destinées à l’administration à distance des équipements réseau.
  • Ajoutez au décompte les adresses IP de gestion nécessaires pour chaque dispositif réseau, sachant qu’elles peuvent être accessibles ou non via Internet.

Étape 2 : Évaluez les besoins relatifs aux connexions WAN (Wide Area Network) :

  • Estimez le nombre de connexions WAN requises.
  • Calculez le nombre d’adresses IP nécessaires par connexion WAN.
  • En absence de fourniture d’adresses IP WAN par votre opérateur, utilisez la formule suivante pour déterminer vos besoins : IPs publiques = nombre de connexions WAN x IPs nécessaires par WAN. Puis, documentez le nombre total d’adresses IP publiques ainsi que leur équivalent en notation CIDR (Classless Inter-Domain Routing).

Étape 3 : Définissez les besoins spécifiques à chaque service :

  • Comptabilisez le nombre de serveurs par service.
  • Déterminez le nombre d’adresses IP requis pour chaque serveur.
  • Identifiez les services nécessitant un accès Internet, ainsi que ceux uniquement disponibles en interne.

Étape 4 : Considérez les exigences de vos utilisateurs finaux :

  • Pour chaque catégorie d’utilisateurs, évaluez le nombre d’adresses IP nécessaires.
  • Déterminez si un service exige l’attribution d’adresses IP publiques aux utilisateurs finaux, et le cas échéant, quantifiez ces besoins par utilisateur et par catégorie.
  • Recensez le nombre d’utilisateurs par catégorie.

Après avoir détaillé les besoins et spécificités de votre réseau, récapitulez les informations collectées dans un tableau. Ce document servira de base pour votre planification et pourra être intégré à la documentation technique de votre projet.

Un exemple concret : le point de vue « macro » :

Imaginons un plan d’adressage réseau qui couvre différents services essentiels d’une PME de trente employés qui fabrique des crayons.

Le tableau ci-dessous peut illustrer un exemple « global » de configuration réseau adaptée à de telles nécessités, en tenant compte de l’infrastructure réseau, des serveurs, des postes de travail des employés, et d’autres dispositifs nécessaires à l’activité de l’entreprise.

ServicePlage d’adresses IPMasque de sous-réseauPasserelle par défaut
Réseau administratif192.168.1.0 – 192.168.1.63255.255.255.192192.168.1.1
Réseau de production192.168.1.64 – 192.168.1.127255.255.255.192192.168.1.65
Serveurs (DHCP, File, Print)192.168.1.128 – 192.168.1.191255.255.255.192192.168.1.129
Wi-Fi Employés192.168.1.192 – 192.168.1.255255.255.255.192192.168.1.193

Détails du plan d’adressage :

  • Réseau administratif : Ce segment est destiné aux ordinateurs et périphériques utilisés par l’administration. Il supporte jusqu’à 62 appareils.
  • Réseau de production : Ce segment regroupe les machines de contrôle et les terminaux utilisés directement dans le processus de fabrication. Il est conçu pour accueillir jusqu’à 62 appareils spécifiques à la production.
  • Serveurs : Une plage réservée aux serveurs essentiels tels que DHCP (pour la distribution automatique des adresses IP), de fichiers (pour le stockage partagé) et d’impression. Cette plage peut supporter jusqu’à 62 serveurs ou dispositifs de réseau.
  • Wi-Fi Employés : Segment dédié à l’accès Internet sans fil pour les employés. Il offre la connectivité à jusqu’à 62 dispositifs.

Chaque segment de réseau est configuré avec son propre masque de sous-réseau pour optimiser l’utilisation des adresses IP et est délimité par une passerelle spécifique, facilitant ainsi la gestion du trafic et l’accès à Internet.

Ce plan est conçu pour être évolutif, permettant à l’entreprise de grandir ou de restructurer ses services sans nécessiter une refonte complète du réseau. De plus, il assure une séparation logique des différentes fonctions de l’entreprise, ce qui renforce la sécurité et l’efficacité du réseau.

Et une version « micro » qui permet de détailler les postes

Pour approfondir l’exemple précédent et illustrer comment les postes spécifiques pourraient être assignés au sein d’une PME fabricant des crayons, nous allons détailler la répartition des adresses IP pour certains rôles clés dans l’entreprise. Cela inclura la direction, le département de production, les services informatiques, et l’accès Wi-Fi pour les employés.

ServiceAdresse IPMasque de sous-réseauPasserelle par défautDescription du poste
Réseau administratif192.168.1.2255.255.255.192192.168.1.1Ordinateur du Directeur
Réseau administratif192.168.1.3255.255.255.192192.168.1.1Poste de travail de la Comptabilité
Réseau administratif192.168.1.4255.255.255.192192.168.1.1Poste de travail des Ressources Humaines
Réseau de production192.168.1.66255.255.255.192192.168.1.65Terminal de gestion de ligne de production
Réseau de production192.168.1.67255.255.255.192192.168.1.65PC de l’ingénieur de production
Serveurs192.168.1.130255.255.255.192192.168.1.129Serveur DHCP
Serveurs192.168.1.131255.255.255.192192.168.1.129Serveur de fichiers
Wi-Fi Employés192.168.1.194255.255.255.192192.168.1.193Connexion pour tablette d’un employé

Détails des rôles et configurations :

  • Ordinateur du Directeur (192.168.1.2): Cet appareil est utilisé pour les opérations administratives de haut niveau, y compris la prise de décision stratégique.
  • Poste de travail de la Comptabilité (192.168.1.3): Utilisé pour la gestion financière, les paiements et la facturation.
  • Poste de travail des Ressources Humaines (192.168.1.4): Sert pour la gestion du personnel, le recrutement et les dossiers des employés.
  • Terminal de gestion de ligne de production (192.168.1.66): Permet de contrôler les machines de fabrication et de suivre la production en temps réel.
  • PC de l’ingénieur de production (192.168.1.67): Utilisé pour la conception des produits, la maintenance des équipements et l’optimisation des processus de production.
  • Serveur DHCP (192.168.1.130): Attribue automatiquement des adresses IP aux dispositifs connectés au réseau pour faciliter leur configuration et gestion.
  • Serveur de fichiers (192.168.1.131): Centralise le stockage des fichiers importants de l’entreprise, facilitant l’accès et le partage sécurisé des données.
  • Connexion pour tablette d’un employé (192.168.1.194): Offre un accès Wi-Fi sécurisé pour les employés souhaitant se connecter au réseau de l’entreprise via des dispositifs personnels ou professionnels mobiles.

Cette configuration démontre comment un plan d’adressage réseau peut être personnalisé pour répondre aux besoins spécifiques de chaque rôle au sein de l’entreprise, tout en assurant la sécurité, l’efficacité et la scalabilité du réseau.

La nécessité et l’utilité d’écrire un Document d’Architecture Technique (DAT) dans une entreprise

Dans le monde des affaires d’aujourd’hui, où la technologie joue un rôle crucial dans presque tous les aspects de l’entreprise, avoir une compréhension claire et précise de l’infrastructure technologique est indispensable. C’est ici que le Document d’Architecture Technique (DAT) entre en jeu, un outil essentiel pour garantir que tous les aspects techniques d’une entreprise sont non seulement bien conçus mais aussi correctement alignés avec les objectifs commerciaux. Dans cet article, nous explorerons la nécessité et l’utilité de rédiger un DAT dans une entreprise.

1. Définition du DAT

Un Document d’Architecture Technique est un document qui décrit de manière détaillée la structure technique d’un projet informatique. Il couvre l’ensemble des choix techniques, des logiciels utilisés, de l’infrastructure réseau, des protocoles de communication, ainsi que des normes de sécurité à appliquer. Ce document sert de référence tout au long du cycle de vie du projet, de la conception à la maintenance, en passant par la mise en œuvre.

2. Nécessité du DAT

La rédaction d’un DAT n’est pas un luxe mais une nécessité pour plusieurs raisons :

  • Alignement des objectifs : Il assure que les solutions techniques proposées sont en accord avec les objectifs commerciaux de l’entreprise.
  • Communication claire : Il sert de document de référence pour tous les intervenants du projet, facilitant ainsi la communication entre les équipes techniques et non techniques.
  • Prise de décision éclairée : En documentant les choix techniques, le DAT aide les décideurs à comprendre les implications de ces choix sur le long terme.
  • Gestion des risques : Il permet d’identifier et de gérer les risques techniques dès les premières phases du projet.

3. Utilité du DAT

L’utilité d’un DAT est multiple :

  • Documentation de référence : Il fournit une vue d’ensemble et détaillée de l’architecture technique, utile pour la formation des nouvelles recrues et pour la maintenance.
  • Cohérence et standardisation : Il aide à maintenir la cohérence et la standardisation des pratiques techniques au sein de l’entreprise.
  • Facilitation des mises à jour et des évolutions : Grâce au DAT, comprendre l’architecture existante et y apporter des modifications devient plus aisé.
  • Optimisation des ressources : En identifiant clairement les besoins en matériel et en logiciels, le DAT permet une meilleure allocation des ressources.

La rédaction d’un Document d’Architecture Technique est une étape cruciale dans la gestion de projets informatiques en entreprise. En offrant une compréhension profonde de l’infrastructure technique et en assurant l’alignement entre les objectifs commerciaux et techniques, le DAT devient un outil indispensable pour le succès des projets. Il favorise une meilleure communication, une prise de décision éclairée, et une gestion des risques plus efficace, ce qui, in fine, contribue à la réalisation des objectifs de l’entreprise de manière plus efficiente et effective.

Que doit contenir un DAT concrètement ?

Un Document d’Architecture Technique (DAT) doit être structuré de manière à offrir une vue complète et détaillée de l’architecture technique d’un projet ou d’un système informatique. Voici les éléments clés qui doivent y figurer de manière concrète :

1. Introduction

  • Objectif du document : Définition claire de la raison d’être du DAT.
  • Portée du projet : Limites et étendue de l’architecture couverte par le document.
  • Public cible : Identification des parties prenantes et de leur rôle.

2. Description de l’architecture existante

  • Contexte actuel : Description de l’environnement technique actuel, si applicable.
  • Contraintes existantes : Limitations techniques, financières, opérationnelles ou autres.

3. Besoins et exigences

  • Besoins fonctionnels : Ce que le système doit faire, souvent dérivé des exigences du business.
  • Exigences non fonctionnelles : Performance, sécurité, fiabilité, etc.

4. Architecture proposée

  • Vue globale : Schéma général de l’architecture envisagée, montrant comment les différents composants interagissent.
  • Composants du système : Description détaillée des éléments du système (serveurs, bases de données, réseaux, services cloud, etc.), leur fonction, et la manière dont ils s’intègrent dans l’ensemble.
  • Technologies utilisées : Langages de programmation, frameworks, protocoles, standards, etc.

5. Sécurité

  • Stratégies de sécurité : Méthodes utilisées pour protéger le système contre les menaces et les vulnérabilités.
  • Conformité : Assurer que l’architecture respecte les réglementations et normes de sécurité applicables.

6. Infrastructure réseau

  • Topologie réseau : Schéma de l’infrastructure réseau, y compris les sous-réseaux, les VLANs, etc.
  • Connectivité : Description des liaisons réseau, des protocoles de communication, et des politiques de routage.

7. Gestion des données

  • Modélisation des données : Structure des bases de données, schémas, entités et relations.
  • Politiques de gestion des données : Backup, rétention, archivage, et récupération en cas de sinistre.

8. Intégration et déploiement

  • Stratégies d’intégration : Comment les différents composants et systèmes seront intégrés.
  • Déploiement : Méthodes de déploiement, y compris la description des environnements de développement, de test, de préproduction et de production.

9. Plan de test

  • Tests techniques : Stratégies et plans pour tester la performance, la sécurité, la compatibilité, etc.
  • Critères d’acceptation : Normes et indicateurs de succès pour les tests.

10. Gestion du changement et évolutivité

  • Procédures de mise à jour : Comment les modifications seront gérées au fil du temps.
  • Évolutivité : Prévisions sur la capacité du système à évoluer en réponse à l’augmentation de la demande.

11. Annexes

  • Glossaire : Définitions des termes techniques spécifiques.
  • Références : Documents, normes, ou articles cités.

Chaque DAT est unique et doit être adapté aux spécificités du projet pour lequel il est rédigé. Cela dit, inclure ces éléments fournira une base solide pour documenter de manière exhaustive l’architecture technique d’une entreprise ou d’un projet spécifique.

Qu’est-ce que le protocole WebDAV et à quoi sert-il ?

Récemment, en explorant des alternatives aux protocoles FTP ou SFTP pour le transfert de fichiers, notamment dans des contextes où les restrictions réseau bloquent certains ports sensibles, j’ai découvert un peu par hasard le protocole WebDAV.

Cette découverte s’est avérée être une révélation intéressante, étant donné que WebDAV offre une solution robuste pour le partage et la collaboration sur des documents via le web, tout en fonctionnant sur le port HTTP standard, souvent laissé ouvert même dans des environnements réseau strictement contrôlés.

Ce protocole étend les capacités du HTTP, permettant non seulement de visualiser mais aussi de créer, modifier, et gérer des documents sur un serveur web de manière interactive. Cette caractéristique le rend particulièrement utile pour contourner les restrictions qui peuvent entraver l’utilisation de FTP ou SFTP, tout en offrant des fonctionnalités avancées de collaboration et de gestion de version qui manquent à ces protocoles plus traditionnels.

Petite définition et avantages / inconvénients

Le protocole WebDAV (Web Distributed Authoring and Versioning) est une extension du protocole HTTP (Hypertext Transfer Protocol) qui permet aux utilisateurs de créer, modifier et déplacer des documents sur un serveur web. Initié par le groupe de travail IETF (Internet Engineering Task Force), WebDAV a été conçu pour faciliter la collaboration entre utilisateurs dans l’édition et la gestion de documents stockés sur des serveurs web.

Avantages de WebDAV

  1. Collaboration facilitée: WebDAV permet à plusieurs utilisateurs de travailler sur le même document simultanément, ce qui est particulièrement utile pour les équipes réparties géographiquement.
  2. Gestion des versions: Il supporte la gestion des versions des documents, permettant aux utilisateurs de suivre et de gérer les changements apportés aux documents au fil du temps.
  3. Interopérabilité: Étant basé sur HTTP, WebDAV fonctionne bien avec de nombreux systèmes d’exploitation et applications, ce qui facilite l’intégration dans des environnements hétérogènes.
  4. Accès distant: Les utilisateurs peuvent accéder et modifier des documents sur un serveur WebDAV depuis n’importe où, à condition d’avoir une connexion Internet.
  5. Sécurité: WebDAV peut être sécurisé avec les mêmes mécanismes que ceux utilisés pour sécuriser HTTP, comme SSL/TLS pour le chiffrement.

Inconvénients de WebDAV

  1. Complexité de configuration: La mise en place d’un serveur WebDAV peut être complexe, nécessitant une configuration minutieuse pour assurer la sécurité et la performance.
  2. Problèmes de compatibilité: Bien qu’il vise l’interopérabilité, des problèmes peuvent survenir avec certains clients ou serveurs WebDAV, en particulier avec des versions plus anciennes.
  3. Performance: L’utilisation de WebDAV peut être plus lente par rapport à d’autres protocoles de partage de fichiers, surtout pour les fichiers volumineux, en raison de la surcharge liée à HTTP.
  4. Sécurité: Bien que WebDAV puisse être sécurisé, il peut introduire des vulnérabilités si la configuration du serveur n’est pas correctement sécurisée, notamment en permettant un accès non autorisé aux fichiers.
  5. Consommation de bande passante: Comme WebDAV fonctionne sur HTTP, la synchronisation de gros volumes de données peut consommer une quantité significative de bande passante.

WebDAV est un protocole puissant pour la collaboration et la gestion de documents sur le web, qui offre des avantages significatifs en termes d’accessibilité et de gestion des versions. Cela dit, il requiert une attention particulière lors de la configuration et peut présenter des défis en termes de performance et de sécurité.

Monitorer un serveur Debian avec Centreon

Partons du principe que le serveur Debian est déjà prêt ; sur Centreon, ne pas oublier de vérifier que le module « Linux » est bien installé.

Commencer par installer et activer SNMP :

apt-get install snmpd snmp
systemctl enable snmpd

Puis configurer le fichier /etc/snmp/snmpd.conf

J’ajoute la communauté correspondant à celle enregistrée dans Centreon préalablement “public” pour les tests (bien sûr veiller à changer le nom de la communauté plus tard car trop basique donc peu sécurisé) : 

agentAdrress udp:0.0.0.0:161
view centreon included .1.3.6.1
rocommunity public default

Après avoir configuré le nouvel hôte et les services CPU et Mémoire (pour l’exemple), attendre que Centreon rafraîchisse ses infos : 

Et voilà !

Monitorer un serveur Windows 2019 avec Centreon

Commencer par installer Centreon sur une machine virtuelle en suivant la procédure d’installation manuelle sur une VM vierge sur l’IP de votre choix (exemple : 192.168.100.13)

Comme le processus est assez simple je n’ai pas pris la peine de capturer toutes les étapes d’installation (de plus j’aurais pu utiliser la VM prête à l’emploi disponible sur le site de Centreon)

Monitoring du serveur Windows 2019

Voici les étapes suivies qui permettent de remonter les informations du serveur Windows dans Centreon : 

  • Activer SNMP sur le serveur (ajout de fonctionnalité) :

Ensuite, configurer le service SNMP de façon à ce qu’il donne accès à ses informations au serveur : 

Via la commande services.msc, ouvrir la fenêtre de configuration : 

Dans les propriétés, donner accès au serveur centos

Configurer l’agent de façon à ce qu’il ait accès à tout :

Enfin redémarrer le service de façon à ce qu’il soit bien exécuté : 

Configuration côté Centreon

S’assurer d’avoir bien activé le module windows SNMP

Ensuite, configurer l’hôte comme ceci :

Puis ajouter un service permettant de surveiller la mémoire du serveur pour un premier test : 

Enfin, exporter la configuration du poller pour lancer un premier scan :

En parallèle, forcer gorgoned à se relancer directement en ligne de commande via la commande suivante :

systemctl restart cbd centengine gorgoned

Ce qui permet au poller de se lancer et de récupérer des premières données sur la mémoire : 

Ajouter quelques services puis attendu quelques heures pour voir des rapports remonter :

Et voilà, désormais Centreon reçoit bien l’activité du serveur Windows !

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén